Histoire

La bataille de Ramillies 

La Bataille de Ramillies eut lieu le 23 mai 1706. Moins connue que celle de Waterloo et demeurée - à tort - discrète dans nos livres d'histoire, elle s'est pourtant révélée aussi importante sur le plan militaire et politique.

Elle constitue en effet l'une des plus grandes batailles que connut notre pays, tant par le nombre de ses combattants que par ses conséquences géopolitiques. 

Cette bataille constitue l'un des engagements majeurs de la guerre de Succession d'Espagne. Elle fut marquée par une victoire éclatante de la coalition alliée (regroupant la république des Provinces-Unies, le Royaume d'Angleterre et leurs auxiliaires danois) sur l'armée franco-bavaroise. 

Les forces alliées sont commandées par le célèbre duc de Malborough. Ce prestigieux chef de guerre anglais donna son nom à la chanson "Malbrouck s'en va-t-en guerre". Il fut l'ancêtre de Winston Churchill qui marqua lui aussi l'Histoire, 3 siècles plus tard. 

Côté français, c'est le maréchal de Villeroy, envoyé par Louis XIV, qui dirige les troupes, après avoir remporté quelques succès en Italie et en Alsace.

Les deux camps comptent chacun environ 60.000 hommes. 

Venant de Maastricht, Malborough avance en direction de la Mehaigne et de la plaine de Ramillies, où les Français l'attendent de pied ferme. Le choc est rude. 

Les combats sont violents. En moins de quatre heures, l'armée de Villeroy est totalement défaite. Malborough a su y imposer d'habiles manœuvres et une maîtrise supérieure des combats. L'armée franco-bavaroise perd plus de 20.000 hommes. 

Les conséquences de cette bataille sont majeures. Les Alliés imposent au Roi Soleil les plus importantes pertes en territoires et en moyens du conflit. A l'issue de la campagne, l'armée française et ses alliés sont chassés des Pays-Bas espagnols. La Belgique demeurera ensuite à plusieurs reprises le "champ de bataille de l'Europe". 

Il apparut évident, lors de la fusion des communes en 1977, de nommer le nouvel ensemble du nom de Ramillies et ce, en dépit du fait que l'administration avait son siège à Gérompont.